Théâtre et magie à partir de 6 ans.

 Une mise en scène de Ned Grujic.
 
Avec : Sébastien Bergery, Stéphanie Gagneux, Frédéric Pradal, Alexandre Guérin, Antoine Théry en alternance avec Stanislas Delachapelle, David Jonquières en alternance avec Alexandre Letondeur.
Effets spéciaux Abdul Alafrez, Marc Bizet et Sébastien Bergery.
 
En tournée saison 2021-2022
 
 
 
Le spectacle :
Qui n’a jamais souhaité savoir disparaître ? Qui n’a jamais rêvé d’observer sans être vu ?
Quelle puissance cela vous donnerait si vous aviez le pouvoir de vous rendre invisible ?
Pour leur nouveau spectacle, Les Trottoirs du Hasard et les Tréteaux de la Pleine Lune s’emparent de la fameuse histoire de l’Homme Invisible, inventée par H.G Wells il y a plus d’un siècle. Au programme : du fantastique, de la magie, des effets spéciaux pour une histoire à suspense aux personnages cocasses, où la comédie côtoie la poésie de l’étrange.
Un spectacle étonnant plein de surprises et d’émerveillement.  
 
Alors que dehors tombe la neige, l’écrivain H.G Wells s’interroge. Si l’homme avait le pouvoir de se rendre invisible, qu’arriverait-il ? Cette question le pousse à s’installer devant sa machine à écrire. Il se met à inventer sous nos yeux l’histoire de Griffin, savant ayant découvert la formule de l’invisibilité. Apparemment en fuite, il fait un jour irruption en plein hiver à l’auberge du village d’Iping dans le Sussex, et s’y installe.
Ses bandages, qui lui enveloppent entièrement la tête, exception faite du nez à l’allure artificielle, lui donnent un aspect étrange et mystérieux. Les langues vont alors bon train dans ce village peuplé de personnages tous plus cocasses les uns que les autres…
On l’aurait peut-être laissé en paix s’il n’avait pas retardé le paiement de sa note et mené des recherches secrètes dans sa chambre transformée en laboratoire. Mandat est donné de l’arrêter, mais comment se saisir d’un personnage qui disparaît à mesure qu’il se dépouille de ses vêtements ?
Ainsi débute ce spectacle dont l’univers expressionniste mêle humour et invention en rendant hommage au roman de Herbert George Wells, l’un des chefs-d’œuvre de la littérature fantastique.
 
Ned Grujic.
 
 
 
© Stéphane Parphot